Lettre ouverte à M. Anil Bachoo

Monsieur Bachoo,

Etant moi-même une ancienne journaliste parce que passionnée d’écriture, je tiens à souligner que l’animal qui s’adresse à vous possède un Baccalauréat littéraire, sans fausse modestie.

Venons-en au fait, Monsieur Bachoo. Vous, ministre des infrastructures publiques, avez osé soutenir que les journalistes étaient des animaux et des malades mentaux ? C’est pourtant grâce à eux que vos propos sont rapportés tous les jours dans la presse. C’est grâce à eux que ce que vous dites pour votre défense est rapporté en toute objectivité malgré ce que le peuple, incluant les journalistes et certainement vos collègues, pense de votre incompétence. Cette déclaration faite en présence de journalistes ne vous est en rien bénéfique.

A vrai dire, je ne suis pas choquée par vos insultes. Vous semblez être à court d’arguments et exprimez toute votre rage. Vous êtes en colère car les journalistes ne peuvent vous défendre. Sachez, Monsieur, que ce n’est pas leur travail. En aucun cas les journalistes n’ont pris votre part ni ne se sont indignés personnellement contre vous. C’est le peuple dans son intégralité qui est en colère. En lisant les journaux, les Mauriciens se font leur propre opinion du travail abattu par les membres du gouvernement. Autrement, pourquoi les citoyens auraient-ils voté pour le Parti Travailliste en majorité ?

Enfin, le fait que vous vous soyez par la suite exprimé en direct pour retirer vos mots est un acte appréciable, mais je doute qu’il ait vraiment été apprécié. Si les membres de la presse ont fermé les yeux, c’est simplement parce qu’ils ont besoin de vos paroles pour continuer de faire vendre les journaux. Vous êtes, Monsieur Bachoo, un anima… teur du peuple. Vous soulevez des débats en quelques mots et les journalistes n’y sont pour rien. Votre insulte a indigné toute une nation, qui était déjà en colère contre vous suite aux récents événements dans l’univers placé sous la tutelle de votre ministère.

Monsieur Bachoo, pour vous faire pardonner, je vous suggère de faire réparer tous ces bus défectueux, de faire repeindre l’île Maurice comme il se doit, c’est-à-dire en lui offrant de vraies lignes d’arrêt, de vraies boîtes jaunes, de vrais arrêts de bus, et de modérer vos propos sur-le-champ plutôt que de vous rétracter par la suite.

Sans rancune,

Un animal qui aboie pendant que vos bus défectueux passent.

Publicités

Une réflexion sur “Lettre ouverte à M. Anil Bachoo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s